L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Paroles d’enfant-soldat 2 décembre 2008

Filed under: Roman — Roane @ 10:02
Tags: ,

p10003551

Quelque part en Afrique, la guerre civile. Une mère et une soeur sont évacuées par l’ONU, un père est exécuté d’une rafale de balles, un enfant est enrôlé dans une milice… Je vous propose la lecture d’un roman qui fait mal, mais qui témoigne malheureusement d’une réalité.

Obéir aux ordres, c’est la nouvelle vie d’Agu happé en pleine enfance. Avec son arme si grande qu’elle l’empêche de marcher droit, il doit tuer. Avec son petit corps, il doit violer. Avec ses mains innocentes, il doit caresser les nuits de son Commandant. Avec sa voix brisée, il murmure : « Maintenant on ressemble tous à des animaux ».

Quand je me souviens que j’ai fait des belles choses bien avant d’être soldat, eh bien là alors je me sens mieux. D’ailleurs si vraiment j’ai fait toutes ces belles choses avant la guerre et que maintenant je ne fais que mon boulot de soldat, comment même je peux être être un mauvais garçon, moi ?

Alan Mabanckou, l’auteur du remarquable et remarqué Mémoire de Porc-épic (Prix Renaudot 2006) a su très bien traduire les mots de l’auteur, Uzodinma Iweala, né aux USA, d’origine nigériane. Pourtant, il n’est pas facile de rendre la voix d’un petit garçon mais quand le  » Lietnant se gosille », que les hommes doivent être « au grade à vous » et qu’on « trébouche » de fatigue, nous lecteur sourions de ces jolis restes d’enfance… la « lame » à l’oeil.

IWEALA, Uzodinma. Bêtes sans patrie. Paris, Olivier, 2008. 175p.

Disponibilité (en français)

Disponibilité (en anglais)

 

4 Responses to “Paroles d’enfant-soldat”

  1. davide Says:

    merci pour la motivation, ce livre vient de s’ajouter à ma liste. par ailleurs, ce livre est-il pure fiction ou s’appuie-t’il sur le vécu de l’auteur (juste par curiosité)?
    par contre, la disponibilité (en anglais) renvoie à celle en français à l’opac.

  2. Roane Says:

    D’après ce que j’ai lu, l’auteur est né aux Etat-Unis et ne semble donc pas avoir vécu les horreurs décrites dans son roman. Tant mieux pour lui, mais ses origines nigérianes l’attirent évidemment vers l’Afrique. Il s’offusque de ce qui détruit ce continent que cela vienne de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur, en particulier de l’Occident qui voudrait « sauver l’Afrique » sans rien y comprendre…

  3. davide Says:

    alors voilà c’est lu. le fait est que je l’ai lu en vo, et qu’en anglais, le « parler enfant » ressemble plutôt à du »parler ethnique », ce qui est assez dérangeant en début de lecture. on s’y fait, mais il est possible que la traduction soit plus digeste que le texte original.
    mon autre problème, c’est qu’à force d’atrocité « réelle », j’ai été dégouté/blasé par certains passage, alors que d’autres permettent une prise de distance assez salutaire. la fin est également assez abrupte, voir maladroite, mais efficace.
    merci quand même pour la billet, c’était à lire.

  4. davide Says:

    certains passages.
    désolé.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s