L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Esme ou la vie volée 29 janvier 2009

Filed under: Divers — Dominique @ 5:21
Tags: , ,

ofarrellPour des raisons un peu floues, j’ai un faible pour la littérature irlandaise. Je trouve que cette terre d’inspiration a enfanté une quantité incroyable, relativement à sa population (à peu près égale en nombre à celle de la Suisse), d’écrivains talentueux. Et encore, je ne parle que de ceux qui sont traduits en français. C’est pourquoi je considère toujours d’un oeil particulièrement affûté, un peu malgré moi, la production issue de la verte Erin. Par contre je n’avais jamais lu Maggie O’Farrell, dont le 4ème roman est paru l’année dernière chez Belfond. Une critique élogieuse, une couverture que personnellement je trouve tout à fait attrayante et l’intervention de plusieurs de mes collègues ont contribué à ce que je répare cette négligence en empruntant, puis en dévorant L’étrange disparition d’Esme Lennox. Le fait que ce roman tourne autour du secret de famille n’était de plus évidemment pas pour me déplaire. Iris est une jeune femme indépendante qui tient bon an mal an sa boutique de vêtements, a un amant marié, une mère lointaine et une grand-mère qui souffre de la maladie d’Alzheimer. Un coup de téléphone inattendu bouscule son quotidien : on la prie de venir « récupérer » sa grand-tante Esme, pensionnaire de l’asile de Cauldstone qui va bientôt fermer ses portes, car elle en est l’unique descendante…  Iris n’avait jamais entendu même prononcer le nom d’Esme, qui serait donc la soeur de sa grand-mère Kitty. Entre incrédulité et curiosité, elle se rend à Cauldstone pour tâcher de voir ce qu’elle pourrait bien faire de cette encombrante aïeule qu’elle imagine frappée de démence, et pour cause : elle croupit depuis plus de 60 ans entre les murs d’un asile situé à quelques kilomètres à peine de chez elle ! Au lieu de la vieillarde recroquevillée sur elle-même à laquelle elle s’attendait, elle trouve une dame digne, le regard fier et qui a l’air tout sauf dangereuse.
Continuons par deux jeunes filles à un bal. On est en Inde, dans les années 30. Kitty, l’aînée, est jolie, sage et raisonnable, Esme est rebelle et indépendante. L’une cherche un mari, l’autre pas. L’une se voit vivre comme sa mère selon un plan archi-connu qu’elle ne songerait pas à remettre en cause, l’autre rêve de poursuivre des études et refuse catégoriquement le destin de ses paires : être une bonne épouse, pondre quelques marmots et passer sa vie à s’ennuyer dans une grande maison tenue par un nuage de domestiques. Car, oui, elles viennent d’une famille de la haute bourgeoisie anglaise, qui finira par retourner vivre en Ecosse où se scellera l’avenir de chacune d’elles. Comme après la mort d’Hugo, le petit frère, plus personne n’a été autorisé à l’évoquer, ainsi en fut-il d’Esme. A 17 ans, trouvant ses frasques trop nuisibles à la bonne réputation de la famille, ses parents décidèrent de l’enfermer et il ne fut dès lors plus permis à quiconque de se souvenir d’elle. Voilà les bonnes manières des grandes familles bourgeoises pour ceux, et surtout celles, qui refusaient de rentrer dans le rang. Voilà comment l’on punissait les plus contestataires, celles qui entachaient l’honneur des leurs. Voilà comment des vies furent gâchées, et celle d’Esme en est un exemple tragique, elle qui était trop grande pour les limites que lui imposait son milieu. On découvre peu à peu avec Iris les mensonges, trahisons et déchirements qui ont broyé sans état d’âme l’existence d’une jeune femme pleine de vie et d’éclat.

O’FARRELL, Maggie. L’étrange disparition d’Esme Lennox. Paris, Belfond, 2008 (Littérature étrangère). 231 p.

Disponibilité

 

 

One Response to “Esme ou la vie volée”

  1. Armeno Says:

    La littérature britannique est décidément à l’honneur sur l’hibouquineur, à moins qu’il ne s’agisse des préférences de Dominique qui donnent cette impression. Ce tableau que l’on imagine au vitriol d’une « certaine bourgeoisie » mérite vraisemblablement d’être contemplé. Merci pour le coup de projecteur!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s