L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Black hole 5 mai 2009

Filed under: BD — davide @ 2:58
Tags:

blackholeMettons donc à mort un vieux mythe et boutons hors du placard un secret qui ne l’est pas vraiment : oui, je lis des BD et ce, très souvent car en fait j’aime ça.

En effet, qu’y a-t-il à ne pas aimer dans le trou noir de Burns ?

Déjà, c’est un ouvrage qui se vend tout seul, que ce soit en fascicules ou dans l’édition intégrale, les couvertures sont d’une qualité et d’un potentiel de fascination assez peu négligeable.

Ensuite, le bouche à oreille : dans mon cas, il a suffi qu’un collègue qui demeurera anonyme pour son propre bien me déclare le temps qui lui fut nécessaire à se remettre de sa lecture pour que j’en fasse la commande pour ma bibliothèque privée le jour même.

Mais à ce stade, je n’avais que feuilleté quelques pages de fascicules susmentionnés, sans jamais oser aller plus loin de peur d’être frustré par une lecture incomplète et qui plus est en traduction (mais ce sont là mes problèmes personnels, pour lesquels j’ai ma propre pommade).

Et bien c’est du passé.

Malheureusement je ne suis pas plus avancé, cet ouvrage m’ayant rendu plus perplexe qu’un hérisson durant la saison des amours croisant une brosse à cheveux sur son chemin. Commençons par le plus simple : le graphisme est tout simplement somptueux. Les contours un peu mous sont vitalisés par le noir/blanc extrême et diaboliquement bien pensé. Les personnages ne sont ni beau ni caricaturaux, et expriment admirablement le marasme émotionnel associé à l’adolescence. L’histoire elle-même est limpide ; malgré des éléments de science-fiction, qui sont d’ailleurs remarquablement crédibles, c’est toujours les difficultés desdits adolescents à vivre entre eux et avec eux-mêmes qui prime, à tel point que le véritable héros de ce roman devrait être le malaise sourd, glauque et nauséeux qui se dégage de chaque page, et qui atteint son paroxysme lors des hallucinations qui frappent les personnages principaux. Il demeure que le monde décrit ici est quand même bien celui des 20 % « riches » de la planète,  spécifiquement celui de la banlieue nord américaine, et si les adolescents en question sont autant à même d’explorer les méandres de leur mal de vivre c’est bien parce qu’ils sont libérés du carcan des besoins matériels, y compris dans l’exil. Et c’est probablement une des raisons de l’inconfort que génère cette lecture, car l’opulence matérielle est partout visible, la bière coule à flots, on achète la drogue comme on échange des cartes à collectionner, et la nourriture, disons plutôt la bouffe, est partout présente, souvent jetée à terre ou gogeant dans des mares stagnantes, et semble faire écho à la dégradation lente des corps, apparente ou pas, qui se solde très rarement par des accès de tolérance.

De fait, Black hole semble être moins un livre qui raconte une histoire qu’un livre où l’histoire en est à ses derniers soubresauts, où on la voit se désagréger et vivre ses derniers instants, laissant aux personnages qui s’y débattent le soin de remplir les pages de leur conscience à l’agonie et d’actes tranquillement désespérés.

Enfin, et une fois n’est pas coutume, je n’arrive pas à me prononcer sur la conclusion de cette lecture. Le happy-end est-il vraiment happy ? Quand on a dû parcourir ce chemin de croix de l’ennui, du désespoir et de la solitude qu’est la vie des protagonistes de « Black hole », la fin est-elle vraiment importante, est-elle autre chose qu’une page de plus qui se tourne ou une autre crise hallucinatoire?

 

BURNS, Charles. Black Hole. Paris, Delcourt, 2006. non paginé.

Disponibilité

 

One Response to “Black hole”

  1. […] anonymat et appelons-le Tony L. ou plutôt non, T. Larsen) qui m’avait suggéré la lecture de Black Hole m’a récemment approché avec une stratégie sournoise comparable à la technique ninja dite du […]


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s