L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

D’autres vies que la mienne 10 juin 2009

Filed under: Roman — chantal @ 8:58
Tags: ,

D'autres vies que la mienne

« D’autres vies que la mienne »

eT aloRs ce liVre :

 Tout ou rien est dans le titre….la vie des deux Juliette, celle de Patrice, d’Hélène ou de Delphine, celle d’Etienne, vous pouvez choisir celle qui vous parle le plus.

 Un livre sur le quotidien et ses blessures, le bonheur des uns, le mal des autres, les choses qui nous touchent de près ou de loin, un tsunami par exemple, une maladie grave pour un autre exemple et ainsi de suite.

 Parce qu’il est difficile de parler de soi dans le mouvement de la vie, Carrère les a fait parler pour aussi parler de lui et de sa réussite, une fois n’est pas coutume à vivre un bonheur….

 Les récits de chaque personnage se répondent et se mêlent, la mélodie est douce au-delà du désespoir car le fonds du roman est douloureux.

 J’ai aimé le sentiment de franchise et d’authenticité qui flotte à la fin de la lecture de ce roman.

 Et vous ?, peut-être pas ?

 

Disponibilité

CARRERE, Emmanuel. D’autres vies que la mienne. Paris, POL, 2009. 309 p.

 

3 Responses to “D’autres vies que la mienne”

  1. davide Says:

    bienvenue, Chantal. je considère ce billet comme un défi, je le relève et vous dirai si j’ai aimé le sentiment de franchise et d’authenticité qui flotte à la fin de la lecture de ce roman quand je me le serai appuyé. j’aime autant vous le dire tout de suite c’est assez mal parti, hein, parce que Juliette, Patrice Hélène, Delphine et Etienne me font surtout penser au casting d’une AB production…
    mais ne soyons pas pessimiste.

  2. chantal Says:

    alors vous essayez encore ? ou vous avez abandonné la lecture ? ça m’intéresse un avis masculin…

  3. davide Says:

    Et bien voilà qui est fait…et je suis…
    pas tout à fait déçu. Pas tout à fait ; si le sujet est intéressant (et dur ; pas aussi dur qu’il aurait pu l’être, mais tout de même intéressant), et la langue bien maîtrisée, il faut tout de même relever les personnages suscitant autant d’empathie qu’un redressement fiscal malgré les efforts de l’auteur. Les passages sur le fonctionnement judiciaire provincial français sont intéressants, mais le parti pris de raconter une histoire « vraie » me dépasse un peu, s’il n’est que cela (l’histoire racontée étant bien romancée tout de même). Il me semble s’agir d’un de ces livres qui demandent une grosse dose d’investissement personnel du lecteur, en fin de compte.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s