L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

D’autres vies… 10 juin 2009

Filed under: Biographie — Roane @ 8:58
Tags: , ,

p1000673Un livre qui fait pleurer, ça vous dit ? Présenté ainsi, ça laisse perplexe, je le conçois. Et pourtant quel magnifique récit que  le dernier Emmanuel Carrère. Je vous assure qu’il est doux de déposer quelques larmes sur ses lignes. Au début de D’autres vies que la mienne, l’auteur est au Sri Lanka avec Hélène, sa compagne. Le couple est en crise. Ils sont au seuil de la séparation et en parlent calmement : ce sera leur dernier Noël ensemble. Nous sommes en 2004, le tsunami emporte Juliette, une fillette qui joue sur la plage sous l’oeil attendri puis épouvanté de Philippe, son grand-père. Emmanuel et Hélène connaissent un peu cette famille. Ce drame va les amener, chacun à sa manière, à soutenir leurs amis. Hélène, par sa capacité à réagir, à courir, à chercher des solutions, est impressionnante d’énergie. Emmanuel, plus en retrait, culpabilisé par moments de ne pas savoir agir efficacement, fait preuve pourtant d’une présence rassurante. Il se dégage de lui l’écoute, l’attention à l’autre, des qualités remarquées par le grand-père de la petite.

A ce moment de ce voyage, tandis que nous fumions au bord de la route, Philippe m’a entraîné un peu à l’écart et demandé : toi qui es écrivain, tu vas écrire sur tout ça ? Sa question m’a pris au dépourvu, je n’y avais pas pensé.  J’ai dit qu’a priori, non. Tu devrais, a insisté Philippe.

Main dans la main Hélène et Emmanuel sont revenus en France. Ensemble ils avaient trouvé la force d’aider les autres et étaient maintenant certains de ne pas vouloir se séparer. Malheureusement, ils n’auront pas le temps de reprendre leur souffle car une autre Juliette, la soeur d’Hélène, leur apprend qu’elle a un cancer. En quelques mois, la mort fera son oeuvre, laissant trois petites filles sans leur maman. Après l’enterrement, Etienne, un très bon ami de Juliette, convoque la famille pour lui raconter le lien d’amitié qui les liait. Il prend l’écrivain à part pour lui demander de témoigner. Il a lu son livre L’adversaire , admire sa capacité de comprendre l’autre. Etienne pense que ce serait bien qu’il écrive sur la maladie, sur le moment où on on apprend qu’on va peut-être mourir, les heures qui suivent, la solitude face à ce chaos : « la guerre totale, la débâcle totale » dira Etienne qui lui aussi est passé par là mais en a réchappé. Emmanuel Carrère hésite :  il ne se voit pas occuper la place du « condamné ». Puis, en y réfléchissant,  il comprend qu’on ne lui demande pas de prendre une autre place que la sienne : le témoin à qui on raconte. Avec ses mots, son point de vue, ses filtres, il va écrire ce qu’il a compris et ressenti.

Je craignais qu’elle soit choquée : sa soeur, que je n’avais pas connue, venait de mourir, et hop, je décidais d’en faire un livre. Elle a eu un moment d’étonnement, puis elle a trouvé que c’était juste. La vie m’avait mis à cette place, Etienne me l’avait désignée, je l’occupais.

Le résultat est d’une justesse impressionnante. D’une écriture « blanche », sans excès, sans pathos, l’auteur aborde des thèmes difficiles sans pour autant être pesant. Pas de voyeurisme, de dérapages, la mort et la maladie, même terriblement injustes, ne sont décrites que comme des événements naturels. Emmanuel Carrère  leur redonne simplement une place dans la vie, dans d‘autres vies que la mienne… Pourtant, nous sommes tous concernés, qu’on le veuille ou non. C’est ce qui pourrait déranger ceux qui préféreraient laisser tout cela dans l’ombre.

CARRERE, Emmanuel. D’autres vies que la mienne. Paris, POL, 2009. 309 p.

Disponibilité

 

2 Responses to “D’autres vies…”

  1. davide Says:

    bon sang c’est l’émeute! si à présent ce livre ne me fait pas finir ma réserve de kleenexs tout en me mutant en personne plus douce, tolérante et sensible, je vais être un peu déçu vous savez.

  2. clochette Says:

    Ce livre est mon dernier coup de coeur !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s