L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Un don – Toni Morrison 30 juin 2009

Filed under: Roman — chantal @ 8:32
Tags: ,
Toni Morrison, Un don

Toni Morrison, Un don

Au départ je me disais que j’aurais dû lire ce roman en anglais, mais  j’étais déjà contente de lire enfin un texte de cette grande écrivaine, donc une chose après l’autre…
 Finalement, j’ai bien fait de le lire en français car ce n’est pas un livre qui se lit à la légère… le vocabulaire est riche, la syntaxe travaillée et le style vraiment moderne dans le sens noble du mot.
Un don est une grande oeuvre et Toni Morrison une grande femme, qui en a déjà vu … de toutes les couleurs…
Tout se passe aux temps de l’esclavagisme, aux Etats-Unis au 17ème siècle, dans une ferme où vont se côtoyer différentes femmes autour de Jacob Vaark. Rebecca, celle qu’il a épousée, puis toutes les pièces rapportées pour venir les seconder à la ferme, des jeunes et des moins jeunes femmes, noire ou, amérindienne, européenne ou échouée d’un naufrage, jeunes filles achetées et débarrassées par d’autres.
Elles  sont là, avec leurs croyances, leurs grossesses, leurs magies, leurs peurs, leur méfiances et surtout leur force propre. Elles représentent l’identité de l’Amérique de ce temps-là, un peuple reconstitué d’êtres venus d’Afrique ou  d’Europe , elles vivent ou survivent sur une terre blessée en devenir et aux aguets.
L’auteur nous démontre à travers toutes ces voix le courage et la force de toutes les femmes et de toutes les mères, certaines arrivant même à aller au-delà du sens maternel, pour sauver leur progéniture et leur âme.
Quelques pierres fondamentales sur lesquelles poser un pied dans ce texte :
l’identité, le statut de la femme, de l’esclave, le désir, l’humiliation, la peur, la peau et toujours le courage.
Le langage de Toni Morrison balaie toute douleur, sa plume est si belle qu’on oublie la dure réalité qu’elle décrit.
 On s’accroche aux premières pages, car le récit se fait à plusieurs voix et dans l’intemporalité, une fenêtre s’ouvre pour dire l’histoire de l’une ou l’autre… on se laisse porter, puis  envoûter.

MORRISON, Toni. Un don. Paris, Bourgois, 2009

Disponibilité

Publicités
 

6 Responses to “Un don – Toni Morrison”

  1. davide Says:

    Bien essayé Chantal, mais jamais je ne lirai du Morrison. La raison en est bien simple, et tient en quelques lignes, tirées du « Petites histoires de la littérature américaine » de Manguel (Actes sud, hors commerce). Je cite :

    Après avoir reçu le prix Nobel de littérature, Toni Morrison faisait une lecture dans un collège américain. Quand elle eut fini, une jeune fille se précipita vers elle, le visage inondé de larmes. « Toni, Toni, gémissait-elle, j’ai lu votre Chant de Salomon quand j’avais quinze ans et grâce à vous j’ai renoncé à mettre fin à mes jours ! Toni, Toni, je voulais vous remercier du fond du cœur ! » Morrison la toisa du haut de l’estrade et dit : « J’ai soixante-cinq ans, appelez-moi madame Morrison. »

    et voilà.
    Bien sûr, ce pose à présent la question : « un lecteur peut-il voir ses choix de lectures influencés par la nature horrible de l’écrivain ? »
    La réponse est, évidemment : ET COMMENT.

  2. Caroline Says:

    Alors là Davide je suis un peu déçue ! Tes commentaires et tes articles sont d’ordinaire forts pertinents (et drôles ce qui ne gâche rien), mais sur ce coup là je trouve que ça n’apporte pas grand chose, voire rien du tout… Je ne défend pas Mme Morrison, même si j’ai lu plusieurs de ses livres et que je suis restée sans voix devant son incroyable syntaxe et la richesse de son vocabulaire, elle s’est peut-être mal comportée, mais cela valait-il ce commentaire ? Allez Davide, sans rancune, je te conseille de boire un grand verre d’eau glacée avant d’attaquer ta prochaine critique que je me réjouis déjà de lire…

  3. davide Says:

    Commentaire non dénué d’intérêt, Caroline. Malheureusement pour toi, la brillante pertinence de mes avis littéraires ainsi que ma puissante force d’analyse comportementale (ne mentionnons même pas ma modestie légendaire) et la nécessité d’en faire profiter les masses laborieuses ne sauraient être brimés par la simple retenue, le bon goût ou même le bon sens.
    Cependant je te rassure, mes prochains commentaires et billets seront les habituels diamants scintillants d’à-propos et d’esprit qui feront de l’hibouquineur la plateforme d’observations et d’échanges culturels de calibre olympien à laquelle nous aspirons tous.

  4. […] avis Sur Blog O Book : Agnès, Emeraude, Gambadou, Gangoueus, La liseuse, Mazel, l’hibouquineur […]

  5. chantal Says:

    Merci mademoiselleorchidee pour continuer à faire vivre ce roman qui ne laisse pas indifférent, tant par les thèmes abordés que par le langage / l’écriture, une perle à mon sens.
    Je pense que parfois certaines phrases sont à relire à voix haute pour augmenter la force des mots…..

  6. […] force d’âme! On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là Le grenier à livres L’hibouquineur Télérama  Share this:Facebook"Aimer" ceci :"J'aime"Soyez le premier à […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s