L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Croisière cosmos 3 août 2009

Filed under: BD,Science fiction — davide @ 8:00
Tags: ,

croisiere_cosmosEn tombant sur cette BD complètement par hasard, je subis un choc et non des moindres ; l’œuvre de Texier m’était déjà connue, du temps ou il agrafait lui-même ses petits mickeys, amoureusement corrigés de Typpex© à même la page. Ses ouvrages se nommaient Le bar ou Cheval encore, et donnaient à voir les histoires parfaitement absurdes d’un groupuscule de personnages plus déformés et improbables (et bêtes) les uns que les autres. Depuis, j’ai commis la grossière erreur de les prêter à quelqu’un et ne les reverrai jamais, mais je suis un stoïque qui a parfaitement conscience que s’attacher à des valeurs matérielles ne peut conduire qu’à la folie furieuse et au cannibalisme (figurativement parlant, bien sûr).
Mais quelle surprise ! Quelle surprise de revoir ce trait si versatile, ces dialogues qui frisent le bon goût sans jamais y sombrer et surtout ces personnages qui se prennent tellement, tellement au sérieux !
Les connaisseurs reconnaîtront d’ailleurs quelques personnages du Bar (habilement dissimulés sous une perruque, par exemple), mais cela n’est pas essentiel. Car ils sont légion, ces personnages ! De toutes les formes, de tous les caractères, ces extra-terrestres arrachés à leur planète natale grâce à des subterfuges éhontés par des humains ayant mystérieusement disparu ont reconquis leur liberté (relative) grâce au robot concierge du vaisseau spatial gigantesque à bord duquel ils traversent l’espace. Mais une fois la liberté conquise, se lève et plane l’ombre oppressante et diffuse du mystère le plus inexplicable (où sont passés les humains ?), suivi de tous ses bébés mystères (pourquoi ont-ils tous disparus ? comment faire pour appuyer sur un maximum de boutons ? quel est le plus gros bouton sur lequel appuyer ? faut-il partager sa chambre, même si on en n’a pas envie ? et si après on regrette ? est-ce vrai que draguer les filles, c’est juste s’intéresser à elles ?). Un seul de ces énergumènes (qui au fil de l’histoire font montre d’une humanité de plus en plus dérangeante de bêtise) par le biais de son journal intime, va essayer de percer le mystère, de maintenir une paix fragile entre tous ses congénères, de s’opposer au dictateur le plus sanguinaire, diabolique et mignon de la galaxie, et ruser pour échapper à un pirate de l’espace peu scrupuleux.
Mais tout n’est pas que courses-poursuites intersidérales, retournements de situation vertigineux et impasses mexicaines plus chaudes qu’un jeudi après-midi à la Bibliothèque de la Cité par grand beau. On y trouve pas mal de gags à répétition générateurs de gros rires, de grands moments de solitude, et quelques prises de conscience assez douloureuses. Et en prime, la chatoyante couverture de cette bande dessinée nous donne un petit aperçu de ce que Texier pourrait accomplir s’il ne se limitait pas à  un noir et blanc qui serait spartiate sans cette opulence de décors, ce foisonnement de bulles, cette abondance de cadrages que dis-je cette orgie narrative des sens.
Donc, oui, j’ai beaucoup aimé cet ouvrage.

p.s. : Texier à un blogue. C’est là : http://otexier.blogspot.com/

TEXIER, Olivier. Croisière cosmos. Paris, Delcourt, 2008 (Shampooing). 159 p.

Disponibilité

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s