L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

La mort et les mots 10 août 2009

Filed under: Divers,Roman — Dominique @ 8:00
Tags: ,

zusackIl est des périodes plus propices que d’autres pour se lancer dans des livres de 600 pages. L’été en est une. Raison pour laquelle, sans doute, quand j’avais emprunté ce livre une première fois pendant les frimas de janvier, je l’avais assez vite abandonné. Et là, tous les jours, je me retrouve au bord du lac en compagnie de Liesel Meminger, cette petite Allemande de 9 ans dont la Mort elle-même nous raconte l’histoire. Car elle la connaît bien, Liesel, pour l’avoir côtoyée à plusieurs reprises et avoir hésité à l’emporter. Il faut dire que l’histoire débute en 1939, l’ombre du Führer plombe le ciel de toute l’Allemagne, même celui de cette petite ville bavaroise de Molching. C’est ici que Liesel a été amenée par sa mère, qu’elle ne reverra jamais plus, dans sa nouvelle famille d’accueil, les Hubermann. En chemin, elle a

                                     vu mourir son petit frère de 6 ans
                                   ramassé un livre tombé d’une poche
                          décidé de ne pas le rendre à son propriétaire
                          et est devenue, du coup, la Voleuse de livres

Le livre s’appelait Le manuel du fossoyeur, vous parlez d’un ouvrage sexy ! Peu importe, car Liesel est analphabète. Dans la chambre qui est la sienne désormais, où elle fait des cauchemars récurrents, elle apprendra à lire avec son bien-aimé nouveau papa qui, nuit après nuit, vient la consoler et la rassurer. Hans Hubermann est peintre en bâtiment, joueur d’accordéon, fumeur de cigarettes qu’il roule lui-même et vend à l’occasion pour se faire trois sous (dont certains qu’il utilisera pour acheter deux livres à Liesel pour Noël). C’est surtout un homme plein d’amour, d’une douceur immense et d’une profonde humanité. Sa femme Rosa cache sa tendresse et sa sensibilité sous des airs bourrus et des chapelets d’injures. La nouvelle vie de Liesel se construit autour du terrain de football, des virées avec Rudy Steiner, son meilleur ami qui va l’accompagner, entre autres, voler des livres. Jusqu’à l’arrivée de Max Vanderburg, un Juif dont le père avait sauvé la vie de Hans durant la première guerre mondiale… Max va peu à peu devenir, du fond de la cave où il se cache, le grand ami de Liesel, qui est presque son seul lien avec l’extérieur. Et puis, la pression de la guerre devient plus forte, les soldats plus présents, le parti nazi plus puissant, les colonnes de Juifs marchant vers Dachau plus nombreuses, les raids aériens plus terrifiants, la faim plus impossible à combattre… la vie est bien grise à Molching. On sait déjà que tout cela va mal se terminer, d’ailleurs la Mort ne nous a pas vraiment ménagé de suspense : on sait que la plupart des habitants de Molching ne survivront pas.
J’ai aimé cette petite Liesel espiègle et pas gâtée par la vie mais sacrément résiliente. J’ai aimé le ton de la Mort, qui parle avec douceur des âmes qu’elle emporte, et malgré un brin de cynisme il y perce une bonne dose d’humanité.
Les livres ayant pour cadre la deuxième guerre mondiale sont légion. Celui-ci, destiné à la base aux grands adolescents, ou jeunes adultes, constitue à mon sens une bonne porte d’entrée sur la période. Le ton original et parfois poétique, les personnages attachants en font un bon bouquin qui nous embarque sans pathos sur la mer agitée d’une des périodes les plus noires de l’histoire de l’humanité.

ZUSACK, Marcus. La voleuse de livres. Paris, Oh !, 2007

Disponibilité

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s