L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

La verte Irlande prend un coup de noir 20 avril 2010

Filed under: Roman — Françoise A. @ 9:38
Tags: , , ,

J’ai dévoré cette histoire d’une traite, prise par le dialogue décalé entre deux êtres au départ si différents. Elle est une très vieille femme de cent ans peut-être, internée depuis au moins cinquante ans. Lui est un psychiatre de soixante ans qui doit l’évaluer. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant ? L’histoire ne le dit pas vraiment, trop de patients sans doute, une certaine lâcheté qui sait, mais il se doit de faire cette évaluation maintenant, et rapidement, car l’asile psychiatrique va être démoli et il ne veut pas que Roseanne se retrouve à la rue, abandonnée à une liberté qu’elle ne supporterait peut-être pas.
Quand je parle de dialogue décalé, c’est parce que Roseanne ne répond jamais directement aux questions du docteur Greene : elle l’écoute, le réconforte parfois, mais ne dit rien de compromettant, rendue méfiante par l’enfermement qu’elle subit depuis tant d’années. L’asile est remplie de vieilles personnes en bout de course, y compris l’étrange homme à tout faire qui protège Roseanne, y compris le psychiatre qui arrive au terme de sa carrière – si carrière il y a vraiment…

Je n’ai pas encore précisé que l’histoire se passe en Irlande, dans l’Irlande en proie à la guerre et à la guerre civile. Roseanne idolâtre son père, seul presbytérien dans un monde catholique, beau parleur, bon chanteur, père tendre et aimant. Sa mère est très belle mais peu attentionnée.
La scène fondatrice du destin tragique de Roseanne se situe vers ses 12 ans : son père est alors gardien de cimetière, et sa fille le rejoint souvent après l’école car la maman ne s’occupe guère d’elle, perdue dans des rêves de grandeur. Arrivent dans la cabane du cimetière des jeunes gens portant le cadavre d’un des leurs, abattu par des policiers. Ils supplient le père de Roseanne de faire venir un prêtre et c’est la petite qui va chercher le père Gaunt. A partir de ce jour, le prêtre refuse que le père de Roseanne continue son travail de gardien de cimetière catholique et lui impose une place de chasseur de rats.
La déchéance commence: le père de Roseanne est retrouvé mort. Le prêtre propose à la jeune fille d’épouser le remplaçant de son père, un homme âgé mais bon catholique. Elle refuse, trouve un travail dans un café et rencontre l’amour avec Tom. Leur bonheur dure très peu et à partir de là, les versions divergent. Selon le père Gaunt qui a rédigé un rapport pour faire interner la jeune femme, la fille du presbytérien est une nymphomane, doublée d’une mère infanticide. Pour Roseanne, qui a décidé d’écrire en cachette ses souvenirs, il est question d’une tragique méprise. En acceptant un rendez-vous avec le frère de l’homme qui avait été assassiné, elle avait voulu revivre un peu de sa jeunesse, reparler de  son père accusé de traîtrise et c’est tout, mais leur rencontre a eu des témoins, dont le prêtre. Du jour au lendemain son mari la renie, le père Gaunt lui apprend quelques années plus tard que son mariage est nul et non avenu.
Tout ceci, le psychiatre l’ignore lorsqu’il interroge la vieille femme mais il est troublé par sa dignité et cherche à savoir quels événements réels l’ont amenée à l’hôpital psychiatrique. Il s’obstine car le compte-rendu du prêtre ne le convainc pas. Lui, de son côté, écrit aussi son journal car il a conscience depuis la mort de sa femme d’être passé à côté de beaucoup de choses de la vie.
Je vous invite à découvrir le dénouement inattendu de ce roman au rythme haletant et à certaines scènes d’anthologie. L’accouchement de Roseanne m’a rappelé celui d’Adèle dans Pot Bouille : même dureté, même accablante solitude.

BARRY, Sebastian Le testament caché. Paris, Losfeld, 2009 (Littérature étrangère)

Disponibilité

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s