L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Trilogie new-yorkaise 17 août 2010

Filed under: Polar,Roman — davide @ 8:00
Tags: , , , ,

Difficile de vraiment se prononcer sur ce livre, surtout si je devais le faire de manière aussi claire et expéditive qu’à mon habitude…
Le fait est que Paul Auster a quand même un bon gros talent de raconteur, et que même si on se rend compte avec désarroi que les sujets qu’il affectionne sont un tout petit peu rébarbatifs (la ville de New York et les états d’âme d’auteurs), il y a quelque chose qui fait que l’on veut vraiment continuer à tourner ses pages.
La Trilogie new-yorkaise est une série de trois nouvelles a priori sans lien entre elles, si ce n’est un semblant de thématique similaire, celle de la disparition, de la dissolution humaine mentale mais aussi terriblement physique.
Dans la première, un auteur en perte de vitesse se reconvertit en détective privé et se retrouve empêtré dans une étrange affaire, par un curieux concours de circonstances.
Dans la seconde, un détective privé se voit assigner une mission a priori simple, qui l’est vraiment, et qui le mènera très littéralement à sa perte.
Dans la troisième, un écrivaillon prend la place, à plus d’un titre, d’un auteur à succès tout en s’improvisant détective privé lorsque vient le moment de se faire biographe.
En dire plus serait un peu blasphématoire, car la Trilogie new-yorkaise repose dans une grande mesure sur la surprise au coin de la page, mais j’imagine que si vous êtes sur cette page web, vous aurez les facultés mentales supérieures au hooligan moyen vous permettant de déduire qu’il y a un lien entre les trois pans de ce triptyque. Mais le lien est ténu, ce qui pourrait être la faiblesse de ce roman, où la forme (excellente) a été privilégiée au détriment du fond (qui comme dans une piscine boueuse est remarquablement difficile à estimer et donc sujet à précaution si l’on est le genre de lecteur qui aime à se plonger avec enthousiasme dans ses sélections littéraires). Mais ce pourrait également être la force de ce roman, où le lecteur est vraiment libre d’explorer les différents niveaux de lecture à sa guise et de découvrir de lui-même (disons plutôt de se perdre sur) des sentiers littéraires remarquablement innovateurs.
Eeehh… lisez-le, faites-vous votre propre avis et partagez-le dans la section commentaires de ce billet ; pour une fois, je ne racole pas, mais suis réellement intéressé par l’avis d’autres lecteurs de ce livre.

AUSTER, Paul. Trilogie new-yorkaise. Arles, Actes sud, 1997 (Babel, 32). 444 p.

Disponibilité

Publicités
 

One Response to “Trilogie new-yorkaise”

  1. éléa Says:

    Je n’ai jamais osé aborder cet auteur, et je n’ai jamais vraiment su pourquoi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s