L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Un imposteur dans le bush 1 novembre 2010

Filed under: Roman — Dominique @ 8:00
Tags:

Adam Napier vient de perdre son job au Cap, il y voit l’occasion d’opérer un virage drastique. Après tout, il n’a ni femme ni enfants, rien ne le retient, pourquoi n’irait-il pas s’isoler dans le bush pour écrire de la poésie ? Ca fait des années qu’il n’a plus rien écrit mais dans sa jeunesse il avait commis un petit opus qui n’avait certes pas connu un succès remarquable mais qui l’avait passablement exalté. Gavin, le frère d’Adam, lui propose d’habiter cette maison tombant en ruines qu’il avait achetée pour une bouchée de pain il y a quelques années dans le Karoo et dans laquelle il n’a jamais eu le temps de séjourner. En échange de la remise en ordre d’un jardin mangé par les mauvaises herbes et les broussailles et de l’abattage de quelques arbres, Adam peut s’installer et chercher l’inspiration dans ce lieu désert et loin de tout où il ne voit qu’une maison autour de laquelle s’agite un mystérieux voisin en salopette bleue. Qu’il soit armé d’une serpe ou d’un stylo, Adam est sujet à la même léthargie, les semaines passent, la végétation pousse mais la feuille de papier, elle, reste désespérément blanche.
Un beau jour, de sortie à la coopérative agricole pour s’y fournir en outils divers, il se fait aborder par un homme de son âge, une quarantaine d’années, un peu grassouillet, blanc et lippu qui l’appelle par le surnom dont il avait été affublé par ses camarades d’école, Nappy, un surnom affreux qui lui rappelle de fâcheux souvenirs d’énurésie. Canning, puisque tel est son nom, enchanté de retrouver son vieux camarade de classe, en dépit du fait qu’il n’évoque rien, mais alors rien, dans la mémoire d’Adam, invite aussitôt celui-ci dans sa propriété. Fasciné par sa réussite (Canning possède un énorme terrain, un 4×4 rutilant et une femme sublime et capricieuse), rongé par la solitude, Adam prendra l’habitude de passer tous les week-ends en compagnie de Canning et de la belle Baby. Le désir qu’il tente en vain de ne pas éprouver pour elle lui donne enfin l’inspiration… Mais Canning semble tremper dans des affaires aussi mystérieuses que louches et Adam ne connaîtra le fin mot de l’histoire que lorsqu’il sera trop tard.
Situé en Afrique du Sud, ce roman traite de l’incontournable sujet de l’après-l’apartheid, mais aussi des relations humaines, de l’amitié, du désir, du passé…
Ce roman presque en huis clos, très bien maîtrisé, m’a énormément plu. Galgut sait faire planer une tension de plus en plus palpable, rendue par de petits riens subtils. Bien qu’il passe pour un auteur qui décrit admirablement la situation de son pays, personnellement, ce sont plutôt les interactions humaines qui m’ont intéressée plus que tout, apartheid ou pas…

GALGUT, Damon. L’imposteur. Paris, Olivier, 2010. 298 p.

Disponibilité

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s