L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Des cendres en héritage 15 mars 2011

Filed under: Documentaire — davide @ 8:02
Tags: , , ,

Les lecteurs plus jeunes risques d’être dépassés par la référence suivante. Tant pis pour eux. 
Vous souvenez-vous de la série de sketch Benny Hill ? Surtout les scènes où le joufflu britannique se fait poursuivre par quelques jeunes filles très peu habillées, un employé de banque en moumoute, un mariachi à la retraite et un gorille ?
Et bien Des cendres en héritage, c’est un peu ça. Imaginez que Benny soit la Vérité, et les rigolos lui courant après sur une musique effrénée soient justement les membres de la CIA. Et ils courent tous depuis 1945.
Le livre de ce journaliste américain est un peu mieux étoffé que ça tout de même. La naissance de la CIA et  son développement sont bien situés dans le contexte de l’époque ; à tel point que les méandres cérébraux de ses différents directeurs et des présidents des Etats-Unis, sans devenir plus clairs, deviennent un tant soit peu moins fous. On comprend mieux le concept tout entier de « guerre froide » quand on sait que le Joe le Plombier moyen en savait à peu près autant que n’importe quel cow-boy sur la menace rouge.
On ne peut être qu’atterré au contact du fil conducteur, non seulement rouge, mais en acier trempé renforcé au titane : la CIA n’a non seulement jamais eu les moyens d’exécuter les missions que les pontes du gouvernement américains lui donnèrent, mais elle a presque toujours, TOUJOURS été remplie de bureaucrates va-t-en guerre incompétents voire à interner (c’est même arrivé quelques fois). On reste scandalisé devant l’ignorance de l’agence de tout, jusqu’au dernier moment, et sa capacité à flamber des millions pour des causes douteuses ou autoriser des pratiques totalement antidémocratiques. La CIA semble toujours être celle qui tient le bâton par le mauvais bout.
Les résultats, d’ailleurs, sont dramatiques : si vous avez en tête un peu de politique étrangère US du XXème siècle, les catastrophes mortelles qu’elle a fait germer un peu partout sur la planète (guerre du Vietnam, Irangate, ou la restauration de l’espoir en Somalie apparaissent du coup moins le fruit du hasard. De là à les voir comme la trace sanguinolente d’un manque du sens des réalités et de la xénophobie paniquée de l’élite politique du pays le plus puissant du monde, il n’y a qu’un pas.
Et le coup de maître de Weiner, c’est de pouvoir présenter tout cela, avec notes, index et tables des matières, sans que cela soit pesant. J’irais même plus loin : j’ai très clairement ressenti que cet auteur tentait très vaillamment de maintenir la toute dernière miette de dignité à cette « agence de l’intelligence centralisée ». Il ne reste plus qu’au lecteur λ (vous) à pouffer de rire à l’humour, certes un peu macabre, à suivre ces péripéties vouées à un échec lamentable, toujours répété.

WEINER, Tim. Des cendres en héritage: l’histoire de la CIA. Paris, Fallois, 2009. 543 p.

Disponibilité

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s