L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Les orphelins de Brooklyn 30 juin 2011

Filed under: Roman — Roane @ 8:00
Tags: , , ,

Quel roman lire quand on part quelques jours à New York ? Quelle histoire vous tiendrait en haleine jusqu’à oublier que l’avion hoquette ? Quand vous arrivez à New York, plus le temps de lire. C’est surtout au retour, si on souhaite prolonger un peu le voyage, ne pas trop vite quitter l’atmosphère envoûtante de cette ville, c’est là qu’il est important d’avoir LE bon livre sous la main. C’est du côté de Jonathan Lethem, plus particulièrement vers Les orphelins de Brooklyn que je vous envoie chercher ce supplément de rêve américain.

« J’ai la tourette ». Dès la quatrième ligne, on y est , le ton est donné par Lionel, le narrateur, qui se bat jour après jour contre le syndrome de Gilles de la Tourette. Pour mieux l’appréhender, il a inventé Bailey, un auditeur imaginaire de ses soliloques, de ses injures et de ses cris qui sortent de sa bouche qui semble ne plus lui appartenir. Incontrôlables, handicapantes en public, ces logorrhées jetées contre Bailey l’aident à être plus calme avec les autres. Le pire c’est de retenir, de ravaler les mots car ils explosent ensuite plus violemment. En cas de stress, le syndrome s’intensifie, Bailey ne peut plus rien pour Lionel qui s’enfonce. Sa vie est difficile à cause également des TOC liés à sa maladie : il compte tout et ne peut s’empêcher de toucher, lisser, étreindre les choses et les gens…

Quand on fait sa connaissance, Lionel a tout juste 13 ans, il est considéré comme un idiot par ses camarades et professeurs dans l’orphelinat de Brooklyn où il vit. Sa chance c’est qu’il est Blanc (les autres orphelins sont presque tous Noirs) et que lorsque Frank Minna cherche 4 « Minna boys » parmi les jeunes de l’orphelinat, il veut des Blancs pour ne pas heurter les préjugés de ses clients, dit-il… Lionel a été préféré, par défaut, à un vraiment trop gros gaillard, le cinquième Blanc… De combines douteuses en activités louches, les jeunes se soudent, quittent l’école et deviennent alors les « Minna men », officiellement un service de voiturage, en réalité, une façade pour une agence de détectives. Lionel prend de l’assurance car Minna lui fait confiance. Des quatre il est celui qui l’accompagne le plus souvent. C’est Minna qui mettra un nom sur sa maladie et lui offrira un livre expliquant ce syndrome. Ceci lui permettra de mieux se comprendre et s’accepter en sachant que d’autres sont comme lui. Pour la première fois, quelqu’un lui donnera de l’attention et de l’affection.

Quant à moi j’étais une paire d’yeux et d’oreilles supplémentaires, une espèce de confident. Minna m’entraînait dans les négociations du salon de coiffure ou autre arrière-boutique et m’interrogeait après coup. Qu’avais-je pensé de tel paroissien ? Craignos ou non ? Crétin ou attardé mental ? Requin ou gogo ? Il m’encourageait à me forger une opinion sur tout et à l’exprimer sans retenue ; il semblait interpréter mes dégorgements verbaux comme de simples commentaires encore bruts de décoffrage. Et il adorait mon écholalie. Il pensait que je faisais des pastiches.

Vous aurez compris qu’il s’agit d’un roman d’apprentissage, d’un jeune qui, même s’il participe à quelques activités pas très catholiques, sera en quelque sorte sauvé grâce à sa rencontre avec ce Minna, un grand frère de substitution, un modèle.

Non seulement vous aurez du plaisir à parcourir en Limousine les rues de Brooklyn et de Manhattan, de prendre l’air de New York, vous suivrez aussi une enquête déjantée pleine de rebondissements (je ne vous en dirai rien car je risque d’en dire trop) mais, en plus, vous serez touché par ce jeune Lionel qui vous accompagnera bien après avoir terminé le roman. Et pour finir, j’ajouterai que le texte n’est pas dénué d’humour. Alors, que lire de mieux ? Je vous le demande !

LETHEM, Jonathan. Les orphelins de Brooklyn. Paris, Olivier, 2003
Disponibilité

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s