L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Une année studieuse 23 mars 2012

Filed under: Roman — chantal @ 8:03
Tags: , , ,

Une bouffée de fraîcheur avec ce roman qui nous plonge dans  Paris, le temps d’une année, 1966-67. C’est l’histoire d’Anne, jeune fille de 19 ans qui tombe amoureuse de Jean-Luc, oui c’est bien de JLG qu’il s’agit.

Ni une ni deux,  elle lui envoie un mot aux Cahiers du Cinéma pour lui dire qu’elle « aimait l’homme derrière « masculin féminin » ».

A partir de là ou presque, on suit Anne en compagnie de Jean-Luc, mais également au milieu de quantité de personnages. François Mauriac, l’écrivain est le grand-père d’Anne. A Nanterre, où elle commence des études de philosophie, elle croisera Dany, (Daniel Cohn-Bendit). Ils passeront une journée magnifique accueillis par Jeanne Moreau. On croise  beaucoup de monde du cinéma et du théâtre, mais le livre est tout autre chose qu’une liste de gens célèbres.

C’est une rencontre amoureuse dans une époque où vivre sa liberté pour les jeunes filles est encore compliqué, ce sont les prémisses de mai 1968, les choses sont en chemin.

Anne nous fait partager ses propres craintes comme celles de son amoureux, comment, lorsqu’on vient de se rencontrer, on a si  peur déjà de perdre l’autre, mais aussi les joies de la rencontre nouvelle tout à s’offrir des cadeaux et à partager les choses qu’on aime.

Anne est très enthousiaste et en même temps timide.  Elle doit gérer sa mère, sa vie familiale entre études et sorties et sa vie amoureuse avec Jean-Luc. A cette époque elle est encore mineure, et sous la tutelle de son grand-père. C »est une fille très mature et très déterminée qui va vivre beaucoup de choses intenses durant cette année.

Elle arrive toujours  à ses fins, que ce soit pour se faire remarquer auprès de Jean-Luc, pour imposer ses études de philo, ou pour faire accepter sa chienne Nadja dans sa famille par exemple. Ce qui me fait penser à ajouter que le roman, outre les références au cinéma, est truffé de références littéraires, notamment au travers des livres que Jean-Luc offre à Anne.

Une écriture fluide et l’histoire d’une belle rencontre amoureuse. Entre le tournage de La chinoise, les  cafés parisiens et les salles de cinémas, Anne nous raconte son année studieuse, tout en délicatesse.

En tout cas, moi j’ai trouvé ça très romantique….

WIAZEMSKY, Anne, Une année studieuse, Gallimard, 2011, 262 p.

Disponibilité

Publicités
 

One Response to “Une année studieuse”

  1. Caustic Says:

    Roman insignifiant d’un personnage insignifiant. On se demande ce que Anne serait devenue si son grand-père et ses parents n’étaient pas nés avant elle pour lui offrir leurs relations.
    Comment Godart a-t-il pu s’enticher de cette fille, mystère.
    Rien n’est rendu sérieusement, même pas le foisonnement intellectuel de Nanterre en 1967.
    Cette fille n’a rien vécu, combien ont dû se battre pour avoir la pillule, là, il suffit presque de demander pour que cela arrive. Et l’avortement quand il faut l’envisager, op, et la solution est trouvée. Rien ou presque sur l’angoisse de la crainte de se retrouver enceinte, elle savait que sa condition sociale lui permettrait d’avoir une solution.
    Evidemment, il y a Godart, heureusement dirais-je.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s