L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Une dernière tournée ? 24 août 2012

Filed under: Roman — Roane @ 3:41
Tags: , , , , ,

Quand vous tombez sur un roman où le bibliothécaire n’est ni acariâtre, ni frustré, ni maladivement timide, ni maniaque, certes un peu dépressif, et qu’aucun chignon informe ne vient l’étiqueter « bibliothécaire AOC » (quand il s’agit d’un homme, comme ici, cette caractéristique n’est pas fréquente), la professionnelle du livre que je suis frétille déjà de plaisir. On laisse donc les clichés chez les scribouillards et hop-là, on saute allègrement dans le bibliobus de ce sympathique personnage, « le Chauffeur », comme ont l’habitude de l’appeler ses lecteurs.

A quelques jours du départ pour sa tournée d’été, il est attiré par l’agitation dans la rue autour d’une fanfare française invitée à se produire pour le Festival d’été à Québec. Parmi ces musiciens se trouve Marie au visage qui lui rappelle celui de Katharine Hepburn. Les quelques mots qu’il lui adresse d’emblée nous laissent deviner que cette femme lui plaît… Une certaine tension est également perceptible quand il évoque cette tournée. La dernière ?

« Je visite les petits villages entre Québec et la Côte-Nord. C’est un grand territoire… Je fais une tournée au printemps, une durant l’été et une à l’automne ». Il eut du mal à prononcer le dernier mot et son visage s’assombrit. La femme le regarda plus attentivement. Il détourna la tête et se mit à contempler l’horizon brumeux. Ils restèrent silencieux côte à côte ; ils avaient la même taille, les même cheveux gris.

La fanfare décide de louer un vieil autobus scolaire pour visiter la région tout en se produisant par-ci, par-là. Ils vont alors cheminer un moment ensemble, ce qui permettra à Marie de passer d’un camion à l’autre, d’une visite de groupe à un repas à deux, d’une baignade collective à des confidences au bord de l’eau et d’une chambre d’hôtel au lit pliant du bibliobus. D’après les indices semés au fil des kilomètres, notre homme semble retrouver un sens à sa vie. « C’est un petit bonheur que j’avais ramassé », lui souffle Félix Leclerc que le Chauffeur ne manque pas de citer parmi ses poètes préférés. D’ailleurs ce roman n’est pas seulement un belle histoire d’amour entre deux personnes enchantées d’oublier leurs désenchantements mais également un hymne à la littérature et surtout à sa transmission.
On oublie les règlements stricts des prêts de livres de nos bibliothèques car, ici, seul un cahier indique le nom  des contacts qui viendront rapporter et choisir des livres pour eux et d’autres lecteurs perdus dans ces grands espaces. Il arrive même que le Chauffeur prête un livre à quelqu’un qui passait là par hasard. Il lui demande d’essayer de le renvoyer au Ministère de la culture. Rien n’est inscrit, la confiance est l’unique contrat entre la bibliothèque circulante et son lecteur. Parfois les livres ne reviennent pas et le Chauffeur dit simplement « ce n’est pas grave ». Il faut alors jeter aux « hosties » nos principes de bibliothécaires pour s’ouvrir à d’autres horizons.
Parmi les lectures que conseillent le Chauffeur, on trouve des classiques comme Le vieil homme et la mer, L’écume des jours mais aussi des oeuvres moins connues chez nous comme des nouvelles de André Major ou L’avalée des avalés de Réjean Ducharme.

Ce livre est à la fois un voyage dans l’intime, un autre voyage à travers les superbes paysages au nord-est du Québec et pour terminer l’exploration de la passion de lire et surtout, de donner envie de lire. Quand on termine la lecture de ce roman « on est aux petits oiseaux » comme le dit si joliment l’expression québécoise.

Disponibilité
POULIN, Jacques. La tournée d’automne. Ottawa, Leméac, 1993. 208 p.