L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Allez hop en enfer ! 5 octobre 2009

Filed under: Roman — thierry @ 8:00
Tags: , , ,

La-porte-des-enfersCe qui est bien avec les livres de Laurent Gaudé et particulièrement ceux qui se passent en Italie (le Soleil des Scorta et Dans la nuit Mozambique) c’est qu’il y a des scènes de repas… De grandes tablées pleines de belles mozzarelle di bufalla, de tramezzini au jambon et aux artichauts qui peuvent vous tenir en haleine pendant des pages et des pages. Mais ce n’est pas tout, les personnes qui sont autour de la table ont toujours des choses essentielles à se dire. Dans Le soleil des Scorta c’était l’unique repas pris au complet  par une famille maudite, et dans La nuit Mozambique c’était le repas de trois amis marins qui se voie une fois par année pour se raconter des histoires. Génial, j’avais déjà dévoré tout ça et Gaudé en remet une couche dans La porte des Enfers.
Cette fois autour de la table il y a cinq personnes, Matteo (il a perdu son fils dans une fusillade et il est désespérément triste), la magnifique Gloria, Garibaldo (c’est le patron du bistrot), Don Garibaldo (il est curé mais bon, un curé un peu spécial…) et, attention c’est là qu’il faut être attentif : le professeur Provolone, le très spécial Professeur Provolone, personnage érudit et haut en couleurs. Il fait comprendre à Matteo qu’il existe à Naples une porte pour descendre aux enfers.
Voila qui intéresse grandement Matteo. Depuis que sa femme lui a conjuré de ramener son fils ou tout au moins la tête de celui qui l’a tué, le couple a volé en éclats, la femme de Matteo a disparu et Matteo, lui, erre péniblement dans les rues de Naples. La révélation l’intéresse évidemment. Voilà. Et là vous en êtes à la page 150 du livre, à peu près à la moitié, et je ne vais pas vous en dire plus, si ce n’est que le roman va devenir de plus en plus fantastique et que Gaudé nous fait encore une fois le coup de la tragédie familiale traitée de manière magistrale.

GAUDE, Laurent. La porte des enfers. Arles, Actes Sud,  2008, (Domaine français) 266 p.Disponibilité

 

Gomorra 31 octobre 2008

Filed under: Documentaire — davide @ 10:37
Tags: , ,

Bon. Voici un livre pour lequel j’aurais vraiment, vraiment voulu avoir quelque chose de drôle à écrire ; une petite anecdote personnelle marrante, une bonne critique cinglante sur le manque de reconnaissance envers ce qui semble être un des systèmes socio-économiques italiens les plus performants sur la durée selon l’auteur, mais en fait je ne me sens vraiment pas d’humeur à ce genre de plaisanterie.

Le premier reproche que l’on pourrait faire à Saviano pourrait porter sur la quantité d’émotion désespérée et larmoyante dont il ponctue le documentaire objectif que l’on serait en droit d’attendre ; le fait est que si l’on fait l’effort d’imaginer une vie dans un lieu touché  par les statistiques évoquées tout au long du livre, on s’aperçoit rapidement que la colère et la tristesse de l’auteur ne sont pas uniquement le produit d’une quelconque origine méridionale mais une réaction qui tend à prouver que l’observateur qu’il est a encore une âme et une conscience. Par comparaison, je suis souvent un peu triste et en colère face aux événements qui surviennent dans mon pays natal, alors que ce qui s’apparente le plus à une organisation criminelle active dans ma région d’origine sont les ordres de moines franciscains.

Mais bref, ce qui impressionne est que malgré, ou grâce, à cette colère, l’auteur a fourni un véritable labeur de bousier à non seulement compiler des résultats d’enquête, des articles et des analyses, mais aussi à prendre en compte une foule de petites histoires personnelles, de rencontres et de sa propre expérience sur le terrain sans jamais tenter d’y trouver une explication rationnelle ou même logique. La mise au même niveau de tous ces éléments pourrait mettre en doute leur véracité, mais les chiffres sont à priori vérifiables et vérifiés, et les histoires, ma foi, si l’on n’a pas greffé sur les yeux une quelconque paire de lentilles teintées de rose fuchsia, sont crédibles.

On ne peut pas non plus reprocher à l’auteur une quête du sensationnalisme ; de nos jours, le crime organisé n’est plus un sujet vraiment vendeur (hier c’était l’engouement de 90% des jeunes pour le parler racaille, aujourd’hui l’ire du président français face à son effigie vaudou en vente libre ou la nécessité de consommer comme si la civilisation en dépendait car l’euro est moins cher) ; Saviano s’est attaqué à un sujet ingrat, non seulement dans son pays, où visiblement une bonne partie de certaines régions sont dépendantes de leur participation au système criminel ne serait-ce que pour avoir le droit de vivre, et où l’on peut imaginer le malaise à dénoncer sur place ceux qui fournissent travail, logement, nourriture et voirie, mais aussi à l’étranger, où tout le monde s’en fout démocratiquement.

Et c’est là que le travail de Saviano s’avère le plus intéressant, du moins pour moi. Etant italien, j’ai une vague idée de certains des tenants et aboutissants des systèmes de crime organisé dans ce pays; ce que j’ignorais, c’est que ces systèmes ont acquis de véritables lettres de noblesse en collaborant de manière active et rentable avec l’économie « propre » (au sens le plus figuré possible) dans d’autres pays, que ce soit en fournissant des contrefaçons d’une qualité comparable voire meilleure que les originaux en particulier dans le domaine de la mode, haute et basse couture confondues, mais aussi en faisant circuler de sympathiques sommes d’argent là où l’on en a le plus besoin (ou : là où les gens qui ont déjà bien assez, voire trop, ne sont pas contre le fait d’avoir beaucoup plus), dont les sources sont maintenant bien connues (n’étant pas ingrat, je vous laisse le loisir de deviner de quelles sources il s’agit). Ces connexions peuvent sembler un peu disparates car plutôt que les regrouper par chapitre, Saviano les fait évoluer de manière organique, en les entrecoupant d’apartés pas immédiatement clairs, mais qui au fil de la lecture font prendre conscience de l’étendue du phénomène observé.

S’il fallait résumer mes impressions à la fin de ce livre,  je serais tenté de dire qu’il est aussi parfait, et donc totalement déprimant et voué à un échec commercial. Le plaisir voyeuriste à voir la misère des autres est contrebalancé par le sérieux des enquêtes et de leur développement, et le détachement satisfait que l’on pourrait avoir face à une série de statistiques parfaitement représentatives de l’efficacité d’un modèle économique capitaliste n’est juste pas possible, à moins d’être un fervent adepte du new public management et donc voué au premier cercle de l’enfer. Il s’agit donc d’un livre que l’on voudrait oublier au plus vite, ce à quoi je vais faire l’effort de résister le plus longtemps possible. Vous, c’est votre affaire.

Bonjour, merci et bonne lecture.

SAVIANO, Roberto. Gomorra : dans l’empire de la camorra. Paris, Gallimard, 2008. 356 p.

SAVIANO, Roberto. Gomorra : viaggi nell’ impero economico e nel sogno di dominio della camorra. Milano, Mondadori, 2006 (Strade blu). 331 p.

Disponibilité