L'Hibouquineur

Le blog de littérature des BM de la Ville de Genève

Bientôt le 500ème anniversaire de la naissance de Calvin 27 novembre 2008

Filed under: Documentaire — Françoise A. @ 3:33
Tags: ,

Au moment où l’on s’apprête à fêter le 500e anniversaire de la naissance de Calvin, il est intéressant de lire ou de rimages3elire cet ouvrage de Stefan Zweig, écrit en 1936.

Le moins qu’on puisse dire est que Stefan Zweig ne portait pas Calvin dans son cœur. Le réformateur y apparaît comme un dictateur rabat-joie : fêtes interdites (sourire pendant un baptême vous vaut trois jours de prison, fêter les Rois un seul), vêtements et nourriture sévèrement contrôlés… La liste des interdits est fort longue…

Le seul point positif qu’il accorde à Calvin, c’est que celui-ci a été fidèle à ses idées depuis son “ Institution de la religion chrétienne ”. Mais à quel prix … Zweig nous montre à quel point Calvin est persuadé de détenir la vérité : l’humaniste Castellion, d’abord appelé pour enseigner au collège, s’exile à Bâle devant le refus de Calvin qu’il devienne  ministre de Dieu  et qu’il entreprenne une nouvelle traduction de la Bible.. Michel Servet, lui, a réussi à se mettre à dos et les catholiques et les protestants en proclamant que la doctrine de la Trinité doit être abandonnée. Mais c’est Calvin qui le fait juger et condamner, après avoir vainement tenté que ce soit l’Eglise catholique qui le fasse !

Lorsque Servet est brûlé vif à Champel en 1553, l’émotion est grande chez les humanistes : condamner au bûcher quelqu’un qui ne pense pas comme vous revient à recréer une inquisition et rompt avec la  liberté du chrétien proclamée par la Réforme. Castellion est le seul intellectuel à prendre la plume, avec prudence, puisque c’est sous le pseudonyme de Martinius Bellus qu’il publie son “ Traité des hérétiques ”. En citant la Bible, il démontre que la notion d’hérétique n’existe pas dans les Ecritures, et que l’emploi de la peine capitale n’y a jamais été recommandé.

A propos de Genève au temps de Calvin, Zweig écrit :  C’est la première tentative d’uniformisation absolue de tout un peuple qui est entreprise ici, au milieu de l’Europe, au nom d’une idée.

On ne peut malheureusement pas dire que ce fut la dernière.

ZWEIG, Stefan. Conscience contre violence ou Castellion contre Calvin. Bègles, Castor astral, 1997

Disponibilité